Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Généralités arrow Comment relancer un recruteur

Comment relancer un recruteur

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Laurence Monaco   

4 techniques pour relancer un recruteur

Avec la reprise du nombre d'offres d'emploi, vous êtes de nouveau à bloc dans l'envoi de vos candidatures et les entretiens. Mais avez-vous pensé à relancer ? Et oui, malgré ce que vous croyez, une relance, quand elle est bien faite, peut être utile.

Première chose à savoir : la relance ne sera pas la même s'il s'agit d'un recruteur en entreprise ou d'un consultant en cabinet de recrutement. « Le recrutement est notre seul métier donc les candidats peuvent tout à fait nous relancer rapidement », explique Alain Jacob, fondateur du cabinet AJ Conseil. En revanche, si votre interlocuteur est le DRH d'une entreprise, n'hésitez pas à retarder votre relance car c'est souvent la variété de ses tâches qui l'empêche de vous répondre dans les délais.

  1. Relancer après l'envoi du CV et de la lettre de motivation

Avec un recruteur d'entreprise : « À ce stade, il ne me semble pas judicieux de relancer le recruteur après quelques jours car dans un grand groupe comme le nôtre, nous attendons d'avoir suffisamment de CV pour effectuer un premier niveau de tri », explique Cécile Certenais, responsable de recrutement au sein d'Aviva France. Soyez donc patients et attendez quelques semaines avant de concrétiser votre relance.

Avec un cabinet de recrutement : « Malgré l'utilisation de logiciels perfectionnés, nous pouvons toujours passer à côté d'un CV », reconnaît Alain Jacob. Si vous n'avez aucune nouvelle après une semaine, n'hésitez pas à relancer le consultant par email. « L'idéal est de trouver un prétexte pour justifier sa relance, en proposant par exemple une version améliorée de son CV ou en annonçant être désormais plus mobile ou sur le point de s'engager dans une nouvelle formation », conseille Alain Jacob, qui affirme que cela donne une meilleure image du candidat et prouve sa motivation. « Il m'est déjà arrivé de pousser une candidature auprès d'un client après une bonne relance », ajoute-t-il.

  2. Relancer après un entretien

Avec un recruteur d'entreprise : « Lorsqu'un réel contact s'est établi entre le candidat et l'entreprise, une relance se conçoit davantage », indique Myriam Saunier, DRH au sein d'Aviva France. La plupart des recruteurs vous indiquer à quelle date ils vous recontacteront, mais si ce n'est pas le cas n'hésitez pas à demander dans quel délais vous pourrez le rappeler. « Une relance réussie serait celle d'un candidat qui nous contacte le jour J en rappelant sa motivation et en remettant en avant certains points qui lui paraissent importants. Cela donne envie de revenir vers lui, que ce soit pour une réponse positive ou négative », indique Cécile Certenais. Pensez aussi à faciliter la vie du recruteur en lui rappelant le poste pour lequel vous avez été reçu et la date de l'entretien, une attention appréciée et qui accélèrera probablement la démarche.

Avec un cabinet de recrutement : Même si votre entretien n'a pas débouché sur un emploi, Alain Jacob conseille de relancer le consultant quelques semaines plus tard. Demandez-lui par exemple s'il pense avoir prochainement de nouvelles missions qui vous correspondent. « Ce n'est pas idiot non plus de relancer le recruteur tous les 6 mois en lui présentant vos v?ux ou en lui proposant de vous rencontrer lorsque vous passez dans sa région », ajoute Alain Jacob.

3. Les erreurs à éviter

Qu'ils soient en cabinet ou en entreprise, les recruteurs soulignent que de la relance au harcèlement, il y a un pas qu'il ne faut pas franchir. Attention à ne pas saturer le recruteur en appelant quatre fois dans la même journée ou en le culpabilisant. « On comprend que le candidat ait besoin de savoir mais il est important que celui-ci ait un peu d'empathie pour le recruteur. S'il ne répond pas, c'est parce qu'il doit gérer plusieurs recrutements et activités de front et il peut donc arriver qu'il ait besoin de plus de temps que prévu », reconnaît Myriam Saunier. En cabinet, il est également assez mal vu de chercher à connaître le nom du client qui est derrière l'offre d'emploi. « C'est une insistance déplacée car la confidentialité est une qualité fondamentale de notre activité, tant vis-à-vis des clients que des candidats », explique Alain Jacob.

  4. Faut-il rappeler après un refus ?

Trouver les bons mots, faire comprendre les choses sans blesser... Pour les recruteurs qui doivent expliquer la raison d'un refus, l'exercice peut être délicat « Mais quand le candidat s'est déplacé pour un entretien, nous estimons que nous lui devons une explication pour qu'il puisse comprendre et s'améliorer », indique Alain Jacob. Ce n'est donc pas par sadisme que certains recruteurs apprécient ce travail de feed-back. « Nous avons alors l'impression que nous pouvons apporter quelque chose d'utile au candidat et l'aider à mieux cibler sa candidature pour le futur », conclut Cécile Certenais.

  Fiona Collienne © Keljob - Octobre 2010

http://emploi.sfr.fr/edito/article_emploi.jsp?id=1570&sfrintid=HP_actu_MEA5_horizon
 
 
< Précédent   Suivant >